Jean-Philippe Bosc - Hypnose

1 août 2022

Qu’est-ce qu’une valeur

Illustration de valeurs différentes
Sommaire

Notes

[mfn_list_execute_after_content_processed]

« Nous n’avons pas les mêmes valeurs », « Ce que tu me demandes, c’est contraire à mes valeurs »… On peut parler de nos valeurs, comme d’une partie de nous-mêmes, de notre psychologie. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? A quoi ça sert ? Comment ça apparaît ? Est-ce que ça change ? Qu’est-ce qui pourrait poser problème ?

A quoi sert une valeur

Une valeur, c’est tout simplement ce qui nous pousse à faire ce qu’on fait, à réagir comme on réagit, à choisir nos activités. En fait on peut dire qu’une valeur, c’est ce qui nous motive, ce qui dicte nos comportements.

Par exemple, quels pourraient être mes comportements si je tiens beaucoup à la valeur de « liberté » ?
Je pourrais trouver un métier dans lequel les horaires sont flexibles, ou alors avec peu de hiérarchie (des chefs éloignés, ou avoir sa propre entreprise). Peut-être aussi que j’aurai tendance à être en retard, ou en avance, à mes rendez-vous parce que je n’aime pas les contraintes qu’on me donne, y compris les horaires. Et je ne suis pas forcément conscient que j’arrive en retard pour respecter ma valeur de liberté…

Autre exemple si ma valeur « sécurité » est très forte, je peux vouloir à tout prix gagner beaucoup d’argent pour me sentir à l’abri en cas d’imprévu, ou bien être toujours en couple avec quelqu’un de plus grand. Quand je dois prendre une décision, je demande peut-être à au moins 5 personnes pour être certain·e que c’est le bon choix.

Mise en système

On vient de le voir : une valeur nous pousse à agir, influence nos pensées, nos croyances, nos opinions. Quelques fois même sans qu’on s’en rende compte.

Et des valeurs qui influencent jusqu’à nos pensées, on n’en a pas qu’une. On en a plusieurs.

Valeurs s'écrit souvent au pluriel

Sans réfléchir, là tout de suite, demandez-vous : « qu’est-ce qui est important pour moi, dans ma vie ? ». Il vous allez sûrement avoir au minimum deux ou trois réponses qui vous viennent à l’esprit, non ?

Rapidement quand ces réponses arrivent, une autre interrogation apparait naturellement : « OK mais c’est quoi le plus important ? ». Non seulement nous avons plusieurs valeurs en nous qui nous influencent, et en plus elles sont classées. On pourrait dire que ce sont nos priorités.

Des importances différentes

Pour reprendre les exemples plus haut : je peux avoir les deux valeurs « sécurité » et « liberté » qui sont importantes pour moi. Et dans certaines situations, comme un contrôle de police, ou une vérification de mon bagage par des services de douane quand je pars à l’étranger, je réagirai différemment selon que ‘liberté » ou « sécurité » est plus importante.

  • Si j’accorde plus de valeur à la liberté, je pourrais être très agacé qu’on me fasse perdre mon temps et que les forces de l’ordre se mêlent de mes affaires.
  • Si au contraire j’accorde plus de valeur à la sécurité, je serai peut-être reconnaissant : si les contrôles sont bien faits c’est plus sûr pour tout le monde et je me sens plus libre de circuler.
  • Enfin si elles sont au coude à coude… alors une partie de moi sera sûrement rassurée de voir que des contrôles sont effectués, et en même temps, sans savoir pourquoi, ça va m’énerver. Je pourrais même être un peu agressif dans cette situation et pourtant finir par remercier les personnes qui m’ont pris du temps… Sans forcément comprendre à la fin pourquoi je me suis agacé.

Les conflits de valeurs

Eh oui quelques fois on est partagé entre plusieurs émotions, des pensées qui semblent contradictoires, des réactions qui nous surprennent : « je ne suis pas comme ça d’habitude », « c’est pas moi, ça »… Ca peut venir de valeurs importantes pour nous, alors qu’on ne s’en rend pas compte, qu’on n’en a pas conscience. Et ces valeurs peuvent être moyennement compatibles entre elles.

Selon les travaux de Shalom Schwartz1Schwartz, S. H. (2015). Basic individual values: Sources and consequences. In D. Sander and T. Brosch (Eds.), Handbook of value. Oxford: UK, Oxford University Press, qui font référence sur le sujet ces dernières années, on peut regrouper les 19 valeurs de base de l’être humain en 4 familles : dépassement de soi, croissance personnelle, conservation, ouverture au changement. Et rien qu’en lisant l’intitulé de ces familles, on comprend que certaines valeurs sont plus ou moins compatibles.

Comment elles apparaissent

Pour solutionner nos conflits de valeurs, et même pour prendre conscience de nos propres valeurs, une bonne approche consiste déjà à comprendre leurs origines.

Une durée de vie limitée

Même si elles font partie de nous, de notre identité, nos valeurs ne sont pas fixées pour la vie. Si l’on avait les mêmes priorités à 16 ans et à 50 cela aurait des conséquences étonnantes…

Nos valeurs sont établies pour un temps long. Néanmoins elles sont liées à un contexte de vie. Elles bougent donc au fur et à mesure des changements qui s’opèrent dans notre vie.

Les moments où on acquiert des valeurs

Au gré de nos stades de développement, nos valeurs se stabilisent durant l’enfance2Vers 12 ans selon Erikson : https://chmpsy.com/2020/01/10/les-stades-du-developpement-psychosocial-selon-erikson/, entre 12 et 16 ans chez Piaget : https://psy-enfant.fr/stade-developpement-jean-piaget/#Les_4_principaux_stades_du_developpement_selon_JPiaget.

Cette première phase de stabilisation nous permet de faire nos premiers choix (études ou métier par exemple).

Ensuite il n’y a pas de schéma général. Nos valeurs évoluent, certaines passent au second plan ou disparaissent complètement pendant que d’autres surgissent ou prennent beaucoup d’importance selon les moments de la vie : mariage, enfant(s), changement professionnel, déménagement, déceptions, projets concrétisés…

Justement ces changements peuvent faire évoluer vos valeurs, sans pour autant que vous en ayez conscience : c’est très souvent le cas avec un changement majeur dans votre vie professionnelle, lorsque vous affrontez un problème de santé ou bien lors du deuil d’un proche. A ce moment certaines choses prennent de l’importance (profiter de la vie par exemple) et si vous ne vous en rendez pas compte, il est difficile de comprendre pourquoi certaines tâches, ou même votre métier, vous paraissent d’un coup si fade…

Le contexte, le sous-texte

Pourtant quelques fois, le contexte ne change pas, et pourtant les valeurs peuvent évoluer.

un exemple qui m’est très personnel : depuis mon adolescence ma valeur « sécurité » est très importante. Je vis en sécurité et je fais tout pour le rester : je respecte les feux quand je traverse la route, je suis attentif à ne heurter personne par mes comportements pour éviter des réactions de colère, je suis attentif au respect de gestes de bon sens pour éviter les accidents domestiques… Et plus j’applique ces comportements plus je suis en sécurité. 
Mais à force d’être en sécurité, j’ai tendance à oublier que je le suis grâce à mes comportements, et que ces comportements sont liés une valeur. En fait je ne crains plus du tout l’insécurité.

La sécurité est devenue assurée, donc je n’ai plus besoin d’adopter des comportements pour augmenter mon impression de sécurité. Alors c’est une autre valeur qui peut prendre le dessus.

Dans ce cas le contexte est resté le même. C’est la façon dont je le perçois, c’est la façon dont je l’analyse qui a changé.

Conclusion

Nos valeurs sont une part de notre identité. C’est en partie en raison de ces valeurs que nous pensons, que nous agissons, que nous réagissons, comme nous le faisons.

Nous portons chacun plusieurs valeurs qui sont classées par ordre d’importance. Quelques fois deux valeurs éloignées mais d’importance proches peuvent nous placer en conflit. 

Ces valeurs ont une durée, elles apparaissent et elles disparaissent au gré de l’évolution de notre environnement, et aussi en fonction de notre propre évolution, même quand l’environnement est stable.

Explorer ses valeurs, s’interroger sur ce qui compte vraiment, est un exercice important pour bien se comprendre, et pour comprendre les changements qui s’opèrent en nous.

Partager l’article :

Aller plus loin

Autres articles

Un personnage central et ses pensées positives : coeurs, musique, soleil... Il envoie ces pensées sur la ville devant lui

Mais pourquoi des vœux ?

Après les obligations familiales des fêtes de fin d’année, un autre passage obligé de la période. C’est pénible, souvent hypocrite, mais c’est la période : on en reçoit plein, on en envoie aussi. Par texto, par mail, à l’oral, quand on reprend le boulot, quand on voit son boulanger pour la première fois… et puis au bout de quelques jours on ne sait plus bien à qui on ne les a pas fait, alors on se loupe, on se répète… Bref la période des vœux ce n’est pas toujours ce qu’on préfère, vous comme moi. Et pourtant…

Lire la suite
Une femme ayant des pensées négatives

Comment faire de nos pensées des amies ?

On passe notre temps à nous dire des choses dans notre tête. C’est comme ça qu’on pense. Ces phrases qui passent dans nos pensées sont parfois calmes, parfois même elles se taisent, souvent quand nous sommes concentré.es ou absorbé.es par une activité. Quelques fois ces mots vont au contraire très vite. Des images peuvent aussi s’y ajouter, et ça va encore plus vite. Et ces pensées, elles ont un effet sur notre humeur, sur notre enthousiasme et notre courage. Les calmer peut nous rendre plus serein.es. Les transformer pour en faire des alliées, des amis, peut nous booster et nous aider à atteindre plus facilement nos objectifs.

Lire la suite